En 1986, Franck Maubert demande à Gainsbourg s’il pourrait écrire un autoportrait pour le quotidien Le Matin de Paris, où il travaillait alors. Il s’attendait à une réponse évasive, du genre :  » On verra ça plus tard, p’tit gars.  » Du tac au tac, il lui répond :  » Prends un crayon, un papier et note.  » Comme s’il avait déjà songé, un jour, devoir écrire ce  » Gainsbourg par Gainsbourg « .

Autoportrait Serge Gainsbourg

« Peut-être aux yeux de certains atteints de cécité mentale n’aurais-je jamais fait, dans ma vie, qu’un autoportrait de moi-même avec toutes les implications turbulentielles d’un Francis Bacon. Quant aux blaireaux, un peu moins initiés dans cette discipline majeure, qu’ils s’en réfèrent à ceux de Raphaël Sanzio. Onanisme par personne non interposée. Le showman, quant à lui, pour peu qu’il soit en point de mire, se devant de s’exposer aux flashs accidentels de Kodak ou de la Fuji, en assumera toutes les éphémères conséquences, son don d’ubiquité rendant celles-ci incontrôlables par lui-même. Peut-être ai-je une sale gueule, peut-être pas. Ainsi en décideront les lumières crépusculaires, les couleurs, les noirs, les blancs et la focale. Qu’y puis-je ? Le hard-core et âme ainsi impliqués, je serai fusillé d’une balle rouillée et mourrai du tétanos. Arrêt/image. Adieu Brigitte, adieu Jane, adieu Bambou, adieu Charlotte. Forever.T’inquiète, j’suis increvable jusqu’à preuve du contraire. Ambition néant, j’ai déjà donné. Ejaculations précoces. Et qu’est-ce que la postérité a fait pour moi ?… Peut-être me faudrait-il retrouver les chemins vicinaux de ma première enfance. Le p’tit Lulu des années 30, sans compter le stress années 40, initiation sexuelle des putains de Pigalle, je t’aime moi non plus, prémonition notoire. Après quoi, j’en arrive aux amours fatidiques. Constat policier : »You’re under arrest. »Liberté provisoire. « 

- Serge Gainsbourg

The following two tabs change content below.
Je tweet, je blog, je tumblr, je facebook, je Google+ sur Charlotte et Serge Gainsbourg. Je me souviens être tombée sous le charme de Charlotte dans l'Effrontée, de fil en aiguille, j'ai ensuite développé une passion pour la musique de Serge. Qui j'aime le plus des deux ? Je ne saurais dire.