Sylvie Simmons and Gilles Verlant

Serge Gainsbourg aura vécu toute sa vie à adorer les Anglais, leur musique, les rues détrempées de Londres et les cabines téléphoniques britanniques. Pourtant la reconnaissance du public Anglo-Saxon n’est venue que sur le tard, non sans la participation active de Jane Birkin, grande ambassadrice devant l’éternel de l’oeuvre de Gainsbourg, de quelques rocks stars qui se réclament de lui (au premier rang desquels Mick Harvey, Beck et Nick Cave) et de Sylvie Simmons qui a écrit sur Gainsbourg le 2ème livre en anglais. Si l’histoire a préféré oublier le premier qui n’a marqué aucune mémoire c’est bien parce que « Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes » est un ouvrage de référence dont tout fan doit honorer sa bibliothèque. Sylvie Simmons a consacré un an de sa vie à écrire cette introduction à Gainsbourg.

Mettant son talent et son énergie à rassembler des éléments d’un Gainsbourg pour un public qui n’aurait pas vécu ou grandi avec la référence qu’il est devenu dans le panthéon musicale français, Sylvie Simmons a dressé un portrait juste, essentiel. Initialement paru en 2001, »Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes » ressort en 2015 en version digitale, prétexte s’il en eu fallu un à cette longue et fructueuse interview accordée par une légende du journalisme rock. Je l’en remercie plus que vivement !

Pour ceux qui ne lisent pas ou difficilement l’anglais, retrouvez plus bas l’interview traduite en Français ainsi que quelques liens pour découvrir l’univers de Sylvie Simmons mais honneur à la langue de Shakespeare d’abord !

Interview « originale » en Anglais

What was your first encounter with Serge Gainsbourg’s music?
Je T’Aime … Moi Non Plus. I was living in London, in my early teens, madly in love with the Beatles and just getting interested in boys, and I heard this song on the radio – it must have been on a pirate radio station, because it was banned by the BBC. I had never been to France, other than a day-trip on the ferry from Dover, and remember thinking how sexy the French must be. I don’t think I heard another song in French after that until The Singing Nun had a British hit with a song called Domenique, by which time I had definitely drunk the Kool Aid and agreed with the lich that the French were good at sex and crap at music the British were good at music and crap at sex.

After publishing hundreds of articles for the most prestigious Music magazines (Sounds, Q, Mojo, Rolling Stone…), « Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes » was the first book you ever wrote. Why wanting to write a book on Serge Gainsbourg first as your experiment, encounters or tastes in music would have make you write more about artists like David Bowie, Johnny Cash, Tom Waits… ?
I had always been so busy as a rock writer – it was a golden age of rock writing and my life was jammed full of adventures and great assignments – so I never really slowed down enough to think about writing a book. And when I did think about writing a book, my thoughts were generally that the world would be a better place if journalists read more books than wrote them. My feeling about music biographies is that the only reason to write one is if you love the subject so much that you’re drawn to uncover their layers and find what it is about them that draw you to them, or if there is a gap on the bookshelf and no-one else has written such a book. Of course Gilles Verlant wrote about Gainsbourg, but his biography was not in English until recently. So those elements – my love of Gainsbourg, the need to know and understand him, and the lack of a good book in English – is why it was my first.

You had just moved in France when Gainsbourg died, you saw France mourning during days and weeks after his passing, can you relate his death to any popstar or famous one that would have happened before or since then?
The nearest equivalent would be Elvis – someone who crossed age and class and culture boundaries. I was living in the countryside in S.W France for a few years (and regularly flying from there to LA to interview Guns N’Roses and Motley Crue and all the big rock bands of the time!) and when Gainsbourg died, it was all over the radio and TV. The whole country was in mourning. My old French neighbour, a farmer, was crying, and so was a young friend who taught at Bordeaux University. Everyone was in mourning. And with the typical British music journalist disdain I had at the time I thought this was ridiculous. Then a friend came round with a pile of Gainsbourg albums – and Birkin and Greco – and, as I listened to them, I changed my mind. I too was in mourning.

Your book wouldn’t exist without Jane Birkin, can you tell us the story?
I persuaded MOJO to let me write a long piece on Gainsbourg. It wasn’t easy, because like I said, the British don’t have much respect for French pop/rock music, but it was getting evident at the time how influential Serge had become among musicians: you could hear Gainsbourg all over. The first person I interviewed for it was Jane Birkin. She was delighted because, she told me, Serge had always been unhapppy that the British didn’t love him and his music even though he adored Britain and the music. They didn’t even recognise him, she said, and that hurt him deeply.

"Cargo Culte", Sylvie Simmons MOJO article published just after Serge Gainsbourg's death. Photo by Sylvie Simmons

When the piece ran in MOJO, Jane encouraged me to do a book. She wrote a lovely, slightly zany, very Birkinian foreword for it too.

Foreword by Jane Birkin

Can you tell us about the exciting research phase you had to prepare the writing of « Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes »? What was the most difficult thing or step for you?
The only difficulty was there was no budget for it – I wrote it for a tiny imprint called Helter Skelter, which operated out of a fantastic music-related bookshop in Soho, London, and which is sadly now closed. So I had to write it much more quickly than I would have ideally liked – the great thing about my last book I’m Your Man: The Life of Leonard Cohen – was that I got an advance for it that allowed me to spend a couple of years going deeply into the subject. But in a way, it’s better that I didn’t do such a long and detailed book on Gainsbourg. I wrote it more as an introduction to people like I had been, who were not aware of him and the greatness of his work.

Is there any common point between Leonard Cohen, Neil Young and Serge Gainsbourg – the 3 singer-songwriters you wrote biographies on?I was trying one day – probably under the influence of alcohol! – to make a Venn diagram of these three artists I loved to find the connections. All I came up with was that two were Jews (Gainsbourg and Cohen) and two were Canadian (Cohen and Young). Not very helpful! But also, all three are one-offs, templates, who lived their lives and made their art according to the same tenet: that they would do whatever they wanted to do, whenever and however they wanted to do it. None of them followed the usual rules of the rock business or the market. They were each entirely unique;

From all the ones you had to interview for « Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes », which one was your favorite and why? Why no interview of Charlotte Gainsbourg or Brigitte Bardot for instance?
If I have to pick a favourite I’d say Jane Birkin and Marianne Faithfull, though it was great fun talking to Sly & Robbie and of course the American rockstars I knew adored Serge, like Sonic Youth and Beck. I tried for Bardot but got turned down, and I didn’t have the time or money to keep pestering her. To be honest I don’t remember why I didn’t talk to Charlotte. I seem to remember that Jane got in touch with her and she was on a film shoot somewhere, and once again the deadline loomed, I had less than a year to write that book, so I had to move on. I recently got the rights back to « Serge Gainsbourg: A Fistful of Gitanes » and because it’s been out of print for quite some time I just released it digitally (its first time as an ebook/kindle/ibook). I updated the discography, but if I ever have the time to update the rest of the book I would love to interview Charlotte in depth about her dad and have that as an addendum.

Marianne Faithfull gave you an incredible interview for this book, very honest, maybe it’s the first time I could read words from her on Serge. Was it easy for her to talk about Serge?
Yes, she was happy to talk about him.

gilles-verlant-the-biography-gainsbourgYou dedicate this edition to the late Gilles Verlant, who was probably the best « connaisseur » of Serge Gainsbourg. Can you tell us about your encounter with him and how he helped you for the book? Did you stay in touch after the first release of « Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes » in 2001?
Gilles and I met in 2000, I guess it must have been, when I started on the book. We hit it off right away and remained good friends right up until the end of his life. He offered to read the chapters as I wrote them and correct any errors I might have made. He told me he loved my book, which made me very happy. It was a very different book to his, which was much more detailed, whereas mine was written with a different agenda, more as an introduction to Gainsbourg to an English-speaking audience who would not know many of the people or places referenced in Gilles’ book. Of course I read his book from cover to cover and loved it. And I tried to get his translated for a long time. I introduced Gilles to the American publisher who did finally translate the Verlant book, and I was so happy to be at Gilles’ book launch of the English version at City Lights in San Francisco and glad to be able to spend some days with him afterwards. His death was a terrible shock. I know I’m not the only one who misses him.

Is there any left apart/unprinted story you discovered during your researches?
Not really

14 years after the first release of your book, why did you feel the urge of publishing it again?
I continue to hear Serge’s influence in music by people who’ve never heard of him. When the Joann Sfar movie came out in the US and UK, I was frustrated that people who wanted to know more about him could not get my book. And I’m still asked, now and then, to talk about him at film festivals and cultural centres. I’ve never stopped loving Serge, so it felt right that I should get my ‘love story’ to him back out there.

Since the first relase of your book, so many things around Serge Gainsbourg happened: he’s now « famous » outside of France, Charlotte sings again and collaborated with Beck, a long time Gainsbourg’s fan…, Joann Sfar made an acclaimed biopic on Serge Gainsbourg, Lulu released 2 albums (including one dedicated to his father); his house on 5bis rue de Verneuil could have became a museum, Gilles Verlant died…, wouldn’t you feel like writing about it in your updated version?
I would need to spend another year on this and right now my schedule is full to bursting point. I signed a record deal last year – probably the last thing I ever imagined I would do back in 2001 when I wrote A Fistful of Gitanes ! – and have been touring all over with my album Sylvie. And before that I was touring for more than a year with I’m Your Man: The Life of Leonard Cohen. So I decided it was better to have the original book out than no book at all, but with an updated discography.

If you had written the book now in 2015, what would have you done differently?
Hard to say, since it was written in a moment of new love for an artist I had never really known and was suddenly introduced to in the strangest of circumstances – I was in France, he had just died, I knew only one song of his, Je T’Aime… and now I knew and wanted to know so much more.

Your book on Gainsbourg had first been published in the UK. US, Japan, Germany, Poland, The Netherlands Italy, Brazil and of course in France. This 2015 digital version is available in English, Spanish, Portuguese, German, and Japanese but not in French, why?
To be frank, I didn’t very much like the French version and hoped I’d have the time to change it a little bit, but so far I haven’t had time. But if enough people would like me to publish it as an ebook, let me know and I’ll see what I can do.

Sylvie Simmons, "Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes" different editions

You’re currently having a Twitter experiment: you’re tweeting a line/day of you #SergeGainsbourg bio ‘A Fistful Of Gitanes’, it’s the first time I ever see that. How did you get the idea? and what are the feedbacks you have from it?
The idea just came to me one day, since the reissue was only available in the digital world. A writer friend of mine suggested I retitle in A Fistful of E-Cigarettes ! That would have been a great idea. I didn’t make a big fuss about the daily Tweetathon, I just got on and did it, and there are some people on Twitter who’ve been sending me nice messages about how much they love the daily dozen-or-so tweets. If any of your readers want to join in I’d be delighted to hear from them.

You now live in San Francisco, I’ve been to San Francisco 2 times few years ago, i remember seeing a stencil of him and Jane in a fancy clothes store in Haight Ashbury and hearing the song « Qui et in, qui est out » in a café… How known is Gainsbourg in the US now?
Not much at all, except among the cooler music and movie crowd.

You read several books on Serge Gainsbourg, which one(s) would you recommend and why?
Gilles Verlant’s magnum opus, but preferably in the original French. I don’t much like the translation either, but I am very happy it exists for fans that can’t read French.

How often do you listen to Serge Gainsbourg’s music?
A lot.

Which are your favorite song and your favorite album from Serge? and why?
The whole of Histoire de Melody Nelson. I don’t think I could ever tire of that. Bonnie and Clyde, so sexy and dark. And La Javanaise, which always sounds to me like the soundtrack to a perfect French movie that’s never yet been made.

Had you ever tried to cover a Serge Gainsbourg song with your Ukulele?
A couple of reviewers of my album Sylvie said that my singing at times reminded them of Jane Birkin. That was a shock! But when I read that, I thought of persuading my brilliant record producer Howe Gelb of Giant Sand to duet on Je T’Aime.

Last question: what advice would you give to someone wanting to write a biography on a his/her favorite artist? 
Like I said in the answer to the first question, it’s a combination of love of the artist and the lack of books that tell you what you want to know about them. So the writing process is one of unfolding, of trying to find the mystery. If any of your readers want to get in touch I’m on Twitter and Facebook under my own name or via my website, where you can find reviews of A Fistful of Gitanes and links to my music and other work.

Order the book« Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes » on Amazon.com 

Interview traduite en Français

Quelle était votre première rencontre avec la musique de Serge Gainsbourg ?
Je t’aime… Moi Non Plus. Je vivais à Londres, au début de mon adolescence, follement amoureuse des Beatles, je commençais à m’intéresser aux garçons, et j’ai entendu cette chanson à la radio, cela devait être sur une radio pirate car la chanson avait été bannie par la BBC. Je n’étais jamais allée en France, à part cette aller-retour d’une journée en ferry depuis Dover, je me souviens avoir penser à quel point le Français était sexy. Je ne crois pas avoir entendu une autre chanson en Français jusqu’à ce que la religieuse chantante fasse un tube avec cette chanson « Dominique ». A ce moment là j’étais supportrice de l’idée que les Français étaient très bons en Sexe et nuls en Musique et que les Anglais étaient très bons en Musique et nuls en Sexe.

Après avoir publié des centaines d’articles dans les plus prestigieux magazines de rock (dont Sounds, Q, Mojo, Rolling Stone…), « Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes » a été le premier livre que vous avez jamais écrit. Pourquoi vouloir écrire un livre sur Serge Gainsbourg en premier alors que votre expériences, vos rencontres ou même vos goûts musicaux vous aurez plus fait écrire sur un David Bowie, Johnny Cash ou un Tom Waits… ?
J’avais toujours été très occupée en tant que journaliste rock – c’était l’âge d’or de la littérature rock et ma vie était pleine d’aventures et de commissions – donc je n’avais jamais vraiment eu le temps de ralentir pour penser à écrire un livre. Et quand j’ai vraiment pensé à écrire un livre, j’ai pensé que le monde serait meilleur si les journalistes lisaient plus de livres plutôt que de les écrire. Mon sentiment au sujet des biographies musicales est que la seule raison d’en écrire une est que tu aimes tellement ton sujet que tu es prêt à enlever chaque couche les unes après les autres pour découvrir le tout ou si il y a un trou dans ta bibliothèque et que personne n’a jamais écrit un tel livre. Bien sûr Gilles Verlant avait écrit à propos de Gainsbourg, mais sa biographie n’existait pas en anglais à l’époque. Donc tous ces éléments – mon amour pour Gainsbourg, le besoin de le connaître et de le comprendre, et le manque d’un bon livre en Anglais, m’ont donné envie d’écrire mon premier livre.

Vous veniez d’emménager en France quand Gainsbourg est mort, vous avez vu la France pleurer sa disparition pendant des jours et des semaines, est-ce que vous pouvez rapprocher sa mort de celle d’une autre pop star ou d’une autre personnalité dans l’impact qu’elle a eu sur les gens ?
L’équivalent le plus proche serait Elvis – quelqu’un qui a traversé les époques, les classes sociales et les barrières culturelles. Je vivais à la campagne dans le Sud de la France depuis quelques années (et je voyageais régulièrement à L.A. pour interviewer les Guns N’Roses, Motley Crue et toutes les Rock stars de l’époque !) quand Gainsbourg est mort, c’était partout à la radio et à la TV. Le pays entier pleurait sa disparition. Mon vieux voisin français, un vieux paysan, pleurait, tout comme un jeune ami qui enseignait à l’université de Bordeaux. Tout le monde était en deuil. Et, avec mon dédain typique de journaliste britannique de l’époque, je trouvais que c’était ridicule. Puis un ami est venu avec une pile d’albums de Gainsbourg, de Birkin et Gréco. Je les ai écouté et j’ai changé d’avis, je me suis mise moi aussi à pleurer sa disparition.

Votre livre n’existerait pas sans Jane Birkin, est-ce que vous pouvez nous raconter l’histoire ?
J’ai convaincu MOJO de me laisser écrire un long article sur Gainsbourg. Ça n’a pas été facile parce que, comme je le disais, les Anglais ont généralement peu de respect pour le Pop Rock français, mais cela devenait évident que Serge avait été une grande influence pour les musiciens. On entendait du Gainsbourg partout. La 1ère personne que j’ai interviewée était Jane Birkin. Elle était ravie, elle m’avait dit à quel point Serge avait toujours été très malheureux que les Anglais ne l’aimaient pas, lui et sa musique, alors que lui adorait la Grande Bretagne et la musique anglaise. Ils ne l’avaient même pas reconnu m’avait-elle dit, et ça le blessait beaucoup. Quand l’article est paru sur MOJO, Jane m’a encouragé à écrire un livre. Elle a écrit un avant-propos légèrement loufoque, très Birkinien.

Pouvez-vous nous parler de cette excitante phase de recherches que fut la préparation du livre « Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes » ? Qu’est-ce qui était la chose ou l’étape la plus difficile pour vous ?
La seule difficulté est qu’il n’y avait aucun budget pour le livre. Je l’ai écrit pour une petite maison d’édito Helter Skelter, qui avait une fantastique librairie musicale à Soho à Londres, et qui est désormais tristement fermée. Donc j’ai du l’écrire beaucoup plus vite que je n’aurais voulu idéalement. Pour mon dernier livre sur Cohen, j’ai eu une avance qui m’a permise de passer 2 années à aller dans le détail. Mais dans un sens, c’est mieux que je n’ai pas fait un long livre détaillé sur Gainsbourg. J’ai écrit une introduction pour des gens comme j’avais pu l’être, qui ne le connaissaient pas, ni lui ni la grandeur de sa musique.

Y a t’il un point commun entre Leonard Cohen, Neil Young et Serge Gainsbourg, les 3 chanteurs compositeurs sur lesquels vous avez écrit une biographie ?
J’ai essayé un jour, probablement sous l’influence de l’alcool !, de faire un diagramme de Venn sur ces 3 artistes que j’aimais, pour essayer de trouver un lien. Tout ce que je suis parvenue à trouver est que 2 étaient juifs (Gainsbourg et Cohen) et 2 étaient Canadiens (Cohen et Young). Ça n’aide pas vraiment ! Mais aussi, les trois sont des exemplaires uniques, qui vivaient leur vie et ont fait leur art selon le même principe : ils faisaient ce que bon leurs semblait, quand ils le voulaient et comment ils le voulaient. Aucun d’eux n’a suivi les règles habituelles de l’industrie ou du marché du Rock. Ils étaient chacun entièrement uniques.

De toutes les interviews que vous avez pu faire pour « Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes », quelle a été votre favorite et pourquoi ? Pourquoi n’avez-vous pas interviewé Charlotte Gainsbourg ou Brigitte Bardot par exemple ?
Si je devais choisir une favorite je dirais Jane Birkin et Marianne Faithfull, même si c’était génial de parler à Sly & Robbie et bien sûr aux rock stars américaines que je savais adorer Serge, comme Sonic Youth ou Beck. J’ai essayé Bardot mais on me l’a refusé, et je n’avais pas le temps ni l’argent pour insister. Pour être honnête je ne me souviens pas pourquoi je n’ai pas parlé à Charlotte. Il me semble me souvenir que Jane lui avait demandé mais elle était en tournage quelque part, et une fois de plus, la deadline a été un frein. J’avais moins d’un an pour écrire le livre donc j’ai du aller de l’avant. J’ai récemment obtenu les droits sur le livre et parce qu’il est épuisé depuis quelques temps, je viens de le sortir digitalement (c’est la 1ère fois qu’il paraît en ebook/kindle.ibook) J’ai mis à jour la discographie, mais si j’avais le temps d’actualiser le reste, j’interviewerais longuement Charlotte à propos de son père et l’ajouterais en complément du livre.

Marianne Faithfull vous a donné une incroyable interview pour ce livre, très honnête, et peut-être que c’était la première fois que j’avais pu la lire raconter sa rencontre avec Serge. Etait-ce facile pour elle de parler de Serge ?
Oui, elle était heureuse de parler de lui.

Vous avez dédiée cette nouvelle éditon au regretté Gilles Verlant qui était probablement le plus grand connaisseur de Serge Gainsbourg. Pouvez-vous nous parler de votre rencontre et comment il vous a aidé pour ce livre ? Etes-vous restée en contact après la sortie de votre livre en 2001 ?
J’ai rencontré Gilles en 2000, je crois que c’est quand j’ai commencé à écrire le livre. On a été connecté immédiatement et on est resté bons amis jusqu’à la fin de sa vie. Il m’avait proposé de lire les chapitres au fur et à mesure que je les écrivais et de corriger les erreurs que j’aurais pu faire. Il m’avait dit qu’il avait aimé mon livre, ce qui m’avait rendu très heureuse. C’était un livre vraiment différent du sien, qui était très détaillé, alors que le mien avait été écrit avec un objectif différent, plus comme une introduction à Gainsbourg pour les Anglo-Saxons comme moi qui n’auraient pas connu toutes les personnes ou lieux cités en référence dans le livre de Gilles. Bien sûr j’avais dévoré son livre, je l’avais adoré. J’ai essayé de le faire traduire pendant longtemps. J’ai présenté Gilles à un éditeur américain qui a finalement fait traduire le livre son livre. J’étais tellement heureuse d’être au lancement de la version anglais du livre de Gilles à la librairie City Lights de San Francisco et ravie d’avoir pu passer quelques jours avec lui après. Sa disparition a été un terrible choc. Je sais que je ne suis pas la seule personne à qui il manque.

Y a t’il des choses que vous avez découvertes pendant vos recherches ou pendant l’écriture de votre livre qui restent non publiées ?
Pas vraiment

14 ans après la sortie de votre livre, pourquoi avez-vous ressenti l’envie ou l’urgence de le publier à nouveau ?
Je continue d’entendre l’influence de Serge dans la musique de gens qui n’ont jamais entendu parler de lui ! Quand le film de Joann Sfar est sorti aux US et au Royaume Uni, j’étais frustrée que les gens qui voulaient en savoir plus sur Serge ne pouvaient pas trouver mon livre (à l’époque épuisé). Et on me demande toujours de temps en temps de parler de lui dans les festivals de films ou les centres culturels. Je n’avais cessé d’aimer Serge, donc j’ai pensé qu’il serait bien de ressortir mon « histoire d’amour ».

Depuis la sortie de votre livre, beaucoup de choses se sont passées autour de Serge : il est désormais célèbre en dehors du territoire français, Charlotte chante à nouveau et a même collaboré avec Beck, grand fan de Serge devant l’Eternel…, Joann Sfar a réalisé un biopic très remarqué sur Gainsbourg, Lulu a sorti deux albums (dont un dédié à son père), sa maison au 5bis rue de Verneuil aurait pu devenir un musée, Gilles Verlant a disparu… n’aviez-vous pas envie de publier une version mise à jour de votre livre ?
J’aurais besoin de passer une autre année sur le projet et en ce moment mon planning est plein. J’ai signé un contrat avec une maison de disque l’année dernière – surement la dernière chose à laquelle j’aurais pensé faire en 2001 quand j’ai écrit le livre – et je suis en tournée un peu partout dans le monde avec mon album Sylvie. Et avant ça j’ai fait une tournée de plus d’un an pour promouvoir la sortie du livre… Donc j’ai décidé qu’il valait mieux ressortir le livre d’origine plutôt que pas de livre du tout, mais avec une discographie mise à jour.

Si vous aviez écrit le livre en 2015, qu’auriez-vous fait de différent ?
Difficile à dire, puisqu’il a été écrit à l’époque d’un amour naissant pour un artiste que je n’avais pas vraiment connu et qui m’avait été présenté soudainement dans des circonstances étranges – j’étais en France, il venait de mourir, je ne connaissais de lui que Je t’aime moi non plus… je savais que je voulais en savoir beaucoup plus.

Votre livre sur Gainsbourg a d’abord été publié dans les pays suivants : UK, USA, Japon, Allemagne, Pologne, Pays-Bas, Brésil et bien sûr en France. Cette version digitale est disponible en anglais, espagnol, portugaise, allemande, japonaise mais pas en français. Pourquoi ?
Pour être franche je n’ai pas beaucoup aimé la version française et j’espérais que je pourrais un peu changer ça mais jusqu’à maintenant je n’ai pas eu assez de temps. Mais assez de gens aimeraient que je le publie en ebook en Français alors je vais voir ce que je peux faire.

En ce moment vous êtes en train de mener une expérience originale sur Twitter qui consister à tweeter une phrase par jour de votre livre, c’est la première fois que je vois ça. Comment avez vous eu l’idée ? et quels sont les feedbacks que vous avez eu ?
L’idée m’est venue un jour alors que la réédition n’était disponible qu’en version digitale. Un ami écrivain m’a suggéré de le ré-intituler « A Fistful of E-Cigarettes !. », ça aurait été une bonne idée. Je n’ai pas fait une grande histoire à propos de ce Tweetathon quotidien, j’ai juste eu l’idée et l’ai fait, et il y a des gens sur Twitter qui m’envoient des gentils messages sur le fait qu’ils aiment ma douzaine ou plus de tweets quotidiens. Si les lecteurs de Gainsbourg Forever veulent se joindre à nous, je serais ravie d’avoir de leurs nouvelles.

Vous vivez maintenant à San Francisco. J’y suis allée 2 fois il y a quelques années, je me souviens avoir vu un pochoir de lui et Jane dans une boutique de mode tendance dans le quartier Haight Ashbury et d’avoir entendu la chanson « Qui est un, qui est out » dans un café. A quel point Gainsbourg est connu aux US ?
Pas beaucoup du tout, excepté par les gens cools qui aiment la musique et le cinéma.

Vous avez lu plusieurs livres sur Gainsbourg, quels sont ceux que vous recommanderiez et pourquoi ?
Le magnum opus de Gilles Verlant, mais de préférence en Français. Je n’aime pas trop sa traduction non plus, mais je suis très contente qu’elle existe pour les fans qui ne peuvent pas lire le Français.

Est-ce que vous écoutez souvent la musique de Serge Gainsbourg ?
Beaucoup.

Quels sont votre album et votre chanson préférés de Serge et pourquoi ?
« L’histoire de Melody Nelson » en entier. Je ne crois pas que je pourrais m’en lasser. « Bonnie and Clyde », tellement sexy et obscur. Et « La Javanaise » qui sonne toujours pour moi comme la bande-son d’une film français qui n’a jamais été fait.

Avez-vous déjà essayé de reprendre une chanson de Serge au ukulélé ?
Des critiques de mon album Sylvie m’ont dit que ma façon de chanter leurs rappelait parfois celle de Jane Birkin. Ce fut un choc ! Mais quand j’ai lu ça, j’ai cru pouvoir persuader mon brillant producteur de disque… de chanter en duo sur « Je T’aime… »

Dernière question : quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaiterait écrire une biographie sur son artiste favori(e) ?
Comme je disais à la première question, c’est une combinaison d’amour pour l’artiste et d’un manque de livre qui te disent que ce que tu veux savoir sur eux. Alors le process d’écriture est un de défeuiller et deux, de percer le mystère. Si les lecteurs veulent entrer en contact avec moi, on peut me trouver sur Twitter, sur  Facebook  ou via mon site, où vous pouvez trouver des reviews du livre, des liens vers ma musique ou autres travaux.

Pour poursuivre votre découverte de l’univers de Sylvie Simmons :

1. Lisez un extrait de son livre sur Gainsbourg sur salon.com

2. Achetez son livre Serge Gainsbourg: A Fistful Of Gitanes en anglais de préférence mais si vous ne lisez pas l’anglais, sachez qu’il existe une version traduite en français chez Camion Blanc

3. Retrouvez Sylvie en ligne sur :

4. Découvrez de belles interviews de Sylvie en ligne :

The following two tabs change content below.
Je tweet, je blog, je tumblr, je facebook, je Google+ sur Charlotte et Serge Gainsbourg. Je me souviens être tombée sous le charme de Charlotte dans l'Effrontée, de fil en aiguille, j'ai ensuite développé une passion pour la musique de Serge. Qui j'aime le plus des deux ? Je ne saurais dire.